« Rien de ce qui est humain
ne m’est étranger. »

Goethe

 

Retrouvez nos vidéos

 

sur notre chaîne spectacle

sur notre chaîne pédagogie

 

Présentation

 

La compagnie la Folie de l’Ange « sublime » sans cesse depuis 2004
en faisant état de grâces personnifiées et désordres magnifiés.

Depuis ce choc temporel, culturel et démentiel de septembre 1983
qui a permis à un avion de transporter une toute petite être de chair de l’Inde
vers sa nouvelle réalité, la France.
(l’œuvre de la folie d’un ange, sans doute ?)
Angéline Brochoire (Anju), artiste orientale et occidentale, crée du fantasque, de l’absurde, du vivant, de la matière irréelle en mouvements permanents pour aller vers… Échapper au choc culturel évident en inventant une culture unique, la sienne, faite de valises en main et de personnages burlesques et fantasques, colorés et vivifiants, aux inspirations bollywoodiennes.
Fables, symbolismes, ensembles spectaculaires, chaleur, liberté, couleurs, paillettes et sentiments se rencontrent en théâtre, poésie gestuelle, danse, cirque et illusions du réel au cœur de ce processus de survie identitaire.
Être apatride parmi les siens. Sans doute, la folie de l’ange œuvre en roue libre pour que l’humanité bouleversée chemine.

 

« La sublimation, pour Freud, était la clé du processus de symbolisation. Elle articulait pulsion et langage,affects et valeur. La sublimation ne nie pas la réalité, elle en reconnaît la contrainte mais elle passe outre, et au passage elle invente un langage. Un monde qui parvient à sublimer est un monde qui prend une forme, qui n’est pas informe comme l’actuelle confusion générale destine le nôtre à l’être. » Anne Dufourmantelle, Philosophe et psychanalyste

 

Angéline Brochoire

india.sobre_-221x300

Née en Inde. Élevée comme les mogettes, en Vendée, et cultivée, ventre à terre dans les champs de choux pour rigoler, Angéline Brochoire se rêve libre et heureuse, joyeuse et créative. A 23 ans, elle crée la compagnie la Folie de l’Ange, en Avignon, à peine sortie du Conservatoire d’Art Dramatique de la Cité des Papes. Après un DUT Carrières sociales, option animation sociale et socioculturelle, elle se penche très fortement en direction de « l’outil » théâtre et ses mille possibilités de dire, faire dire, rencontrer, se rencontrer, animer, s’animer et parvient à réaliser que cette expression peut même faire parler les sourds et malentendants ! Pourquoi donc ne pas saisir, encore une fois, cette chance européenne qui lui a été donnée ( par « la Folie de l’ange » NDLR) de pouvoir dire en liberté? Et pourquoi ne pas imposer son optimisme, sa joie et son sourire permanent comme une victoire sur la fatalité et l’ennui, comme un grain de sable dans les rouages de la tristesse ennemie et comme un hommage à son Inde omniprésente, souriante, colorée et bien vivante qui tourne à la folie ?

Et pourquoi pas?

Et pourquoi pas?

C’est à ce moment très précisément que la « machine » s’est emballée.

Aujourd’hui, la Cie la Folie de l’Ange est installée au coeur de la Vendée, entre champs, océan, villes et villages. Et Angéline Brochoire ne cesse d’inventer, de rencontrer, de transmettre, de créer et… De voyager. Vivant en permanence entre ses 2 pays, ses 2 mondes, ses 2 cultures, elle est parfaitement à l’aise à décrire la France aux indiens et décrire l’Inde aux Français. Avec cette valeur ajoutée,ce « truc » en plus qui lui permet de déjouer les incompréhensions culturelles mutuelles des uns et des autres ponctuant ses récits, contes et conférences de « c’est comme ça, en France/en Inde, c’est comme ça. » suspendant le tout d’un air d’harmonia, emmenant l’esprit du bien-pensant un peu plus loin encore… Vers là, où l’imaginaire trouve sa place.Permettre le choc des différences, qui conduit soit à la peur soit à la fascination, en toutes vraisemblances passe par la part d’imaginaire commune à tous : l’émerveillement de l’enfant.

Depuis 12 ans, auprès de comédiens, danseurs, acteurs, menuisiers, enfants sourds et malentendants, réalisateurs, sculpteurs de ballons, enfants et adultes handicapés, cavaliers, danseurs, chevaux, sculpteur, comédiens en fauteuil, ours, inventeurs de la magie nouvelle, cavaleries, magiciens, fauconniers, musiciens, dresseuse d’ours, loups, rats, metteurs en scène, rapaces, directeurs d’acteurs, chorégraphes, clowns, auteurs, escrimeurs, marionnettistes, artistes de cirque, ventriloques… Angéline poursuit sa quête de l’émerveillement commun à l’Homme, cet entre-deux qui produit la beauté du Monde, en rue et en salle, en toute liberté, assumée. Elle est artiste associée au projet associatif « Décoloniser les Arts » et poursuit sa recherche au Centre National des Arts du Cirque en formation continue « Magie nouvelle ».